BOURRASQUE-INFO.ORG

Site collaboratif d’informations locales - Brest et alentours

Guide pour décrocher des médicaments psychotropes en réduisant les effets nocifs

|

Que l’on soit pour ou contre la prise de traitements psychotropes, quand arrive la question de leur arrêt, la réponse ne peut être simple. Parce qu’ils provoquent une dépendance, des effets secondaires, mais aussi car ils viennent remplir un rôle dans notre vie à partir du moment où on les prend, ces médicaments sont difficiles à arrêter. Ce guide écrit par Will Hall et publié par The Icarus project et Freedom Center rassemble des informations sur l’arrêt et/ou la diminution des médicaments psychotropes. Il a été édité en plusieurs langues, et voici ici une version francophone.

Traduction francophone de Harm Reduction Guide to Coming Off Psychiatric Drugs, éditées par le Projet Icarus francophone

Introduction à la version française

Voilà.
Nous, là, quelques personnes croisées sur “désaliéner”, petit réseau hexagonal qui trame pour articuler une résistance critique à l’égard de la psychiatrie et de son monde, nous avons eu la chance de pouvoir lire en anglais une brochure trouvée sur le site états-unien d’un collectif appelé The Icarus Project (vous en apprendrez plus sur elles/eux dans les pages qui suivent). Cette brochure nous a plu, on l’a traduite, c’est elle que vous avez entre les mains.
Pourquoi vouloir porter cette parole de ce côté-ci de l’atlantique ? D’abord parce qu’à ce jour on ne connaît pas sur le sujet de document équivalent de cette qualité en français.
Ensuite, parce que l’anglais possède certains verbiages qui nous boostent, qu’on voudrait pouvoir introduire dans nos discussions… Comme l’idée de peer recovery movement qui, dans un learning process et une flexible and pragmatic approach, veillerait à nous empowered about medication issues, en développant le self care et les personal insights de chacun(e). Vous y comprenez que couic ? Le corps du texte détaille tout ça ; on a tenté de traduire… avec des difficultés.
La première, la plus flagrante : peut-on traduire “harm reduction” (textuellement : “réduction des maux”) par “réduction des risques” (terme apparu en France à la jonction de la lutte contre le SIDA et de celle pour la reconnaissance des droits des usagèr(e)s de drogues), y a-t-il similitude dans les démarches, dans les connotations surtout ? Pas sûr… Ces questions restent pour nous ouvertes.
On vous passe le reste de la cuisine interne (le “drugs” qui veut dire drogues mais aussi… médicaments). Ce qui est sûr, c’est que quand on n’a pas les mots, on peut moins bien penser les choses, et quand il s’agit de se lancer dans l’arrêt ou la diminution de ses traitements psy, on se lance souvent dans l’impensable, l’impensé ; le discours de la réaction institutionnelle psychiatrique est tellement obtus sur la question, tellement martelé (“ce petit cachet vous allez le prendre à vie, point barre”), qu’il est pour beaucoup difficile d’imaginer pouvoir reprendre un certain contrôle sur la pharmacopée ingérée quotidiennement.

Le renouveau apporté par une langue étrangère dans ces problématiques nous a donc paru intéressant. Mais aussi, la vigueur, la richesse, la fécondité des mouvements des 60s-70s aux États-Unis qui irriguent le texte : quand il est question de santé “holistique” par exemple, qui brasse les thérapeutiques, en incluant le rapport à la nourriture, au sommeil, au travail, au sport, le contact avec la nature, le travail sur son trauma, la pratique spirituelle et les alternatives de bien-être… Forcément ça peut faire tiquer le militant lambda hexagonal et urbain qui se déplacerait essentiellement sur du béton et souhaiterait, paradoxe, garder en tous points les pieds sur terre. Ouais des fois le texte fleure le hippie, l’ésotérisme New Age, à première vue ; mais si on s’autorisait chouïa, pour une fois, à explorer d’autres champs que le rationnel, le matériel, le soldatesque du politique, puisqu’il s’agit de brindezingue ? Puisqu’il s’agit d’être humain dans cette société bétonnée ? Parce qu’en fin de lecture, on en finirait presque par conclure que se faire du bien, ben ça peut aussi être politique !

Et puis, il y a d’autres signes importants de connivence :
– l’enracinement d’Icarus Project dans le réseau politisé alternatif nord-américain,
– l’importance accordée au fait d’apporter des solutions accessibles à tous financièrement,
– le refus de toute forme d’oppression et de discrimination,
– la volonté de développer une “santé mentale radicale” au sein d’une lutte plus large pour la justice sociale,
– la méfiance vis-à-vis de sectes, telles que la scientologie, qui tiennent des discours contre la psychiatrie pour mieux promouvoir la logique absurde et mercantile de leur propre “traitement”,
– la volonté de développer des outils d’autonomisation vis-à-vis du maillage psychiatrique institutionnel,
– le souci d’être précis et rigoureux dans la démarche (par exemple, conseiller de demander un traitement sécable ou sous forme liquide, dont les doses puissent facilement être réduites en autogestion, plutôt que des comprimés à libération prolongée, qui ne doivent pas être coupés).
Cela peut faire écho à certaines dynamiques locales et nous donne l’impression formidable de pas être seul(e) et d’avoir quantité de cousins-cousines en Amérique !
Bon, qui dit bonne parole, dit diffusion libre et gratuite, copyleft et tout le bazar, alors ne vous gênez pas pour faire circuler le matériel.

« Avertissement médical :
Ce guide est écrit dans un esprit d’entraide et de soutien par les pair(e)s. Il n’a pas été conçu dans un but de conseil professionnel ou médical. Alors que chacun(e) est différent(e), les médicaments psychotropes sont puissants et arrêter soudainement ou sans accompagnement peut parfois être dangereux. »

Guide pour décrocher des médicaments psychotropes en réduisant les effets nocifs cahier A4 couleur
PDF (3,9Mo) prêt à imprimer

Guide pour décrocher des médicaments psychotropes en réduisant les effets nocifs fil A4 couleur 70 pages
PDF mise en page plus adaptée à une lecture sur écran

Table des matières

- Introduction à la version française
- Notes de l’auteur
- Introduction
- Réduction des effets nocifs en santé mentale
- Ressources clés pour en savoir plus
- Regard critique sur les “troubles mentaux” et la psychiatrie
- Déclaration universelle des droits et libertés mentales
- À quel point est-il difficile de décrocher des médicaments psychotropes ?
- Les politiques de sevrage
- Les principes de ce guide
- Comment fonctionnent les médicaments psychotropes ?
- Est-ce que les médicaments psychotropes corrigent la chimie cérébrale ou guérissent une maladie ?
- Qui est responsable ? Vous ? Votre système biologique ? Ni l’un ni l’autre ?
- Comment les médicaments psychotropes agissent-ils sur le cerveau ?
- Pourquoi les gens trouvent-ils les médicaments psychotropes utiles ?
- Quelques faits que vous ignorez peut-être à propos des médicaments psychotropes
- Les risques des médicaments psychotropes pour la santé
- Comment le sevrage affecte votre cerveau et votre corps
- Pourquoi les gens veulent-ils arrêter de prendre des médicaments psychotropes ?
- Rester sous médicaments psychotropes en diminuant les effets nocifs
- Je veux décrocher des médicaments psychotropes mais mon médecin s’y oppose : que dois-je faire ?
- Avant de commencer l’interruption de traitement
- Travailler avec la peur
- Utilisation intermittente : prendre des médicaments de temps en temps
- Quelles sont les alternatives à l’utilisation des médicaments psychotropes ?
- L’interruption : étape par étape
- J’ai l’impression que quelqu’un est en surmédication, que dois-je faire ?
- Se tourner vers l’avenir
- Considérations spéciales
- Ressources
- Les professionnel(le)s de la santé qui nous ont conseillés

proposer complement

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur bourrasque-info.org ?

bourrasque-info.org est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact bourrasque-info chez protonmail.com