BOURRASQUE-INFO.ORG

Site collaboratif d’informations locales - Brest et alentours

La trahison qui vient

|

ou comment on vous voit venir plus qu’un camion de GM sur la D281

Accusé.e.s d’être parano, puis de voir advenir pire que ce qu’on imaginait, il nous vient l’envie de parler. « On s’est tu trop longtemps » dixit un.e voisin.e.

Ces derniers mois s’est construit l’idée qu’il y’a des occupant.e.s qui dégageront aux expulsions et des autres qui resteront. Il y a bien cette prise de position qui dit qu’on veut négocier pour toute la zad via une entité « commune ». Mais la façade se craquelle et les actes se font attendre. Toute une partie des occupant.e.s (qui se nomment eux-mêmes habitant.te.s) n’est pas inquiète, pas stressée mais plutôt bien occupé.e.s par la négociation pour « construire l’avenir », parce qu’illes savent qu’illes seront de celleux qui « restent », qu’illes ont des projets (alternatifs !)...

Et puis, après nous avoir tou.te.s trimballé.e.s à un rythme politicien de fou, où l’agenda était autant dicté par l’urgence des pro-négociations que par celle du gouvernement, nous voilà fin mars et on arrive peu préparé.e.s aux menaces d’expulsions. Tant de temps passé a faire avaler la pilule.... « Et là c’est le drame »... Au dernier moment, devant l’annonce du nombre de GM mobilisés pour le 9 avril, ça traverse l’esprit de la petite bande de l’avenir qu’illes seront peut être aussi touché.e.s. Alors pire que leurs indifférence, on a le droit à la panique du dernier moment et encore pire : leur crainte d’être associé.e.s à la mauvaise herbe, et, qui sait, de vivre aussi « l’horreur d’une expulsion ».

Cette réalité qu’illes découvre, c’est celle que vivent pleins de gens près de la route depuis qu’ils ont été vendu (non, donnés !!) pour la paix sociale à ce grand méchant loup d’état, ennemi d’avant-hier, allié potentiel d’hier et peut-être demain bourreau ? On ne sait plus, ces veste ont trop de doublures et cette politique manque de fond. Ca a senti bon le neo-agriculteur qui gardera une place grace au départ des parias, et pas de problème moral à « sacrifier » une partie des occupant.e.s et leurs lieux de vies... ahhh ils sont loin les 6 points (tant mieux !) !!

On sait qui ne sera pas sur la route lundi matin, bien trop crispé.e.s de cette soudaine possibilité « d’en être » (peut-être vous avez aussi en tête que vous n’y seriez pas les bienvenus ?). Mais pas d’illusions, ceux qui ont gagné leurs place pour rester ici ne seront pas les premières victimes de la répression : du soutien du réseau, du média, de l’agri, de la thune pour les avocats, pour cantiner, des solutions de replis... il y a tout cela qui isole la classe moyenne de la base. « Isolé.e.s », loin des solidarités de terrains, imperméables aux enjeux de l’autre.

Et la crainte des expulsions ressentie cette fin de semaine pluvieuse est à la hauteur de ce qu’il y a à perdre matériellement, dommage pour eux, ici certain.e.s luttent et n’ont pas tant à perdre que leurs idées, leur éthique...et n’ont pas d’illusions sur « l’élan de solidarité » pour la reconstruction. Pour sûr il y aura de l’aide ! Mais qui en bénéficiera ?

Et c’est pas si mal si enfin les masques tombent, si l’on voit clairement que celleux qui vont être attaqués en premier par les keufs (et qui le sont déjà d’ailleurs) représentent de simples dommages collatéraux pour la survie ici de celleux qui ont des projets, qui « se bougent », qui « avancent ». Des privilèges à la masse dans ce monde pourri qui poussent aux plus dégueulasses stratégies pour sauvegarder ce qu’on a. Comme par exemple avoir la confiance qu’après quelques jours d’expulsion les soutiens afflueront pour protéger les lieux « emblématiques », les lieux en durs, les lieux qui ont des projets. L’élite locale a bien ça en tête et en tire sa stratégie. Débarrassés des embarrassants, se disant que finalement l’état en restera peut être là, car il aura « gardé la tête haute » en expulsant une partie de la zad afin d’assurer ses engagements. Car c’est bien cet argument qui a été avancé pour lâcher la route des chicanes, celui de permettre à l’état de ne « pas perdre la face » après l’abandon du projet.

Lire la suite sur Nantes.indymedia.org

proposer complement

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


En lire plus...

Publiez !

Comment publier sur Brest.mediaslibres.org ?

Brest.mediaslibres.org est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact brest chez mediaslibres.org